2015-09-02 : AlféA n°3

2015-09-02 : séminaire AlféA, le point sur les recherches engagées et envisagées

Tour de table des participants sur leurs travaux et les questions qu’ils identifient comme ouvertes.

1.1 Pourquoi s’orienter vers l’éducation par l’art ? Questions sur la prescription.

Il s’agit d’interroger les fondements et les présupposés de la demande (du point de vue de l’institution) mais aussi du point de vue des acteurs (comment définissent ils buts, finalités, principes en EAC ?)

Pourquoi le paradigme éducatif se tourne-t-il vers l’art depuis ces dernières décennies ?

Pour quelles raisons ?  Fondements en lien avec les valeurs, les principes que les arts véhiculent.

Méthodologie :

– Analyse des textes politiques définissant une commande institutionnelle explicite ou implicite : (plans, réforme, programme).

– Analyse des textes de référence  :  philosophie, sociologie, politique de l’éducation, de l’éducation à /par l’art…

1.2 Les préoccupations des acteurs : enquête sur les motivations

Pourquoi les enseignants font-ils des projets artistiques ? Pourquoi les artistes interviennent-ils ?

Méthodologie : Données recueillies auprès des enseignants et des artistes par entretien.

Il s’agit plus de faire un état de l’art, de nombreux résultats de recherche étant disponibles.

La question est plus celle de l’engagement dans ces pratiques pour leur donner plus de place : Comprendre pourquoi les enseignants s’engagent (ou pas) dans des projets arts ou ÉAC (musique, danse,  arts visuels…) : d’abord s’interroger sur les obstacles tels qu’ils  sont formulés par les acteurs.

  1. Les préoccupations des acteurs : enquête sur les pratiques (et les ressources pour agir telles qu’elles sont produites ou réemployées ?)

Si la visée applicative est : Comment les accompagner ? Comment développer leur pouvoir d’agir ? Besoin d’enquêter sur leurs propres questions, mais d’abord sur le faire effectif et la manière dont ils l’interprètent.

Quelles questions se posent-ils ? Comment y répondent-ils ?

Méthodologie :

– Partir de ce qu’ils font.

– Comment apporter des démarches permettant la réflexion sur les pratiques et la mise en circulation des solutions/démarches/outils disponibles ou proposés, en évitant l’écueil d’une modélisation imposée des formes de travail ?

 

Besoin ici, avant toute approche prospective ou prescriptive, d’un enquête de type ethnologique sur l’ordinaire des pratiques et des questionnements, mais aussi sur ce que les acteurs présentent comme ressources fécondes à leurs yeux, ou comme solutions construites.

Situations à privilégier : celles d’un travail en collaboration.

Art(s), langage(s), formation, éducation, apprentissage(s)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search